277175340 1675029516194975 7881247868081556331 n

Russie: Anatoli Tchoubaïs a démissionné de son poste de conseiller du Kremlin et quitté le pays

C’est une figure célèbre et clivante qui vient de quitter les cercles autour du Kremlin. Artisan des réformes des années 1990, de ceux qui ont mis le pied à l’étrier à Vladimir Poutine, Anatoli Tchoubaïs a démissionné, mercredi 23 mars, de son poste d’envoyé spécial du président auprès des organisations internationales et a sans doute dans la foulée quitté le pays.

Une silhouette au col relevé, le visage mangé par une casquette, penché sur un distributeur de billets quelque part à Istanbul, voilà la fin de carrière d’Anatoli Tchoubaïs. C’est en tout cas ce qu’avance le journal Kommersant qui a publié la photo de cet ex-poids lourd de la politique russe.

L’autre cliché qui circule beaucoup date d’il y a presque trente ans. Le jeune Tchoubaïs, déjà influent, aux côtés d’un inconnu au visage émacié nommé Vladimir Poutine. Ancien ministre des Finances et responsable de l’administration présidentielle sous Boris Eltsine, la star des privatisations post-soviétiques est de ceux qui ont mis le pied à l’étrier à l’actuel président. Il était, jusqu’à ce mercredi, encore une des pièces du dispositif du Kremlin, mais une figure détestée de tous ceux pour qui les années 1990 sont le symbole du libéralisme sauvage et d’envol des oligarques.

Dans un pays où le gaz et le pétrole sont une manne essentielle, Anatoli Tchoubaïs était, ces dernières années, aussi en charge de parler développement durable.

Rien n’a filtré sur les raisons de son départ. Le porte-parole du Kremlin s’est contenté d’un laconique « il a démissionné. Parti, pas parti du pays, c’est son affaire personnelle ».*

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *