272994566 681111673243143 7519169753541380766 n

Insécurité Côte d’ivoire : témoignage d’un internaute qui a échappé à un assassinat.

à la suite de Mme Ehouman qui a échappé également à un assassinat après son enlèvement, un internaute a partagé ce qu’il a vécu alors qu’il se rendait à Adjamé aux environs de 23 heures.

Lire Victime d’enlèvement, elle a été retrouvé 3 jours après dans le village de Djébonoua

” Après une réunion familiale à Yopougon, j’ai emprunté un véhicule en commun communément appelé Gbaka, autour de 23 heures au niveau du premier pont pour me rendre à Adjamé.

Logiquement, j’attendais un taxi, mais vu l’heure, tous les taxis qui passaient étaient occupés. Un Gbaka est venu garer, et les jeunes gens qui s’y trouvaient sont tous descendus et m’ont demandé d’aller monter rapidement car le conducteur partait à Adjamé Liberté.

Un individu, qui ne cessait de communiquer au téléphone est venu monter après moi. Nous étions donc quatre passagers. Le chauffeur et un autre passager assis à côté de lui. Apparemment, l’homme qui est monté après moi connaissait le chauffeur, puisque sur l’autoroute en direction d’Adjamé, il chuchotait des mots au chauffeur. Soudain, arrivés à la ferraille entre Adjamé et Abobo, le chauffeur gare et me demande de descendre, car il ne part plus à Adjamé mais plutôt à Abobo.

Il est à peu près 23h 30, dans l’obscurité. L’homme qui lui chuchotait des mots à l’oreille, qui est monté après moi est descendu par là, croyant que cela me motiverait à descendre. Une véritable mise en scène. J’ai protesté vigoureusement, vu que l’endroit était non seulement obscure, mais dangereux, surtout à cette heure de la nuit. Je me suis plaint en vain.

Je lui ai demandé dans ce cas de me déposer au moins sur le pont de l’échangeur qui devrait le conduire à Abobo, car là au moins était éclairé par des lampadaires. Les six individus, armés de couteaux qui m’attendait en bas, en complicité avec le chauffeur et tous les autres sont remontés par les broussailles pour me retrouver sur le pont.

J’ai eu la vie sauve grâce à des agents de ECO-EBURNI, qui s’apprêtaient à faire le ramassage du personnel avec leur camion Les malfrats n’avaient certainement pas imaginé que le camion se retrouverait là pour faire échouer leur plan. Malheureusement, le temps de rejoindre le groupe des agents de ECO-EBURNI qui étaient à une centaine de mètres, par des grands pas, l’un d’entre eux m’avait déjà rejoint, et a récupéré mon sac à dos qui contenait un ordinateur portable, de l’argent et plusieurs documents après avoir sorti un couteau de cuisine flambant neuf.

L’un de ses complices a été appréhendé par les employés de Eco Eburnie qui venait d’observer la scène. Ils m’ont aidé à le conduire à la préfecture de police. Sur lui, nous avons retrouvé un long couteau neuf qu’il avait dissimulé dans son dessous, et de la drogue. Conduit à la préfecture de police, il est ressorti là-bas que l’objectif, c’était de me tuer et de récupérer les organes.

Puisque Dieu ne voulait pas que les choses se passent ainsi, il m’a mis à l’idée de descendre sur le pont et a mis les gens de Eco Eburnie sur mon chemin. Celui qui a été pris à été finalement déféré au parquet, un certain Mory…

Les policiers qui nous ont reçu m’ont même dit que j’ai eu beaucoup de chance, car cette zone est une zone très dangereuse, classée comme zone rouge par leurs services”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *