277744254 1164952014294115 5451741855889856647 n

Election Fédération Ivoirienne de football : 4 milliards FCFA détournés des caisses de la FIF par l’ancien comité exécutif

L’audit commandité par la FIFA révèle qu’en moins de 24 mois, plus de 4 milliards FCFA ont probablement été détournés des caisses de la FIF, alors que des dons de plus de 200 millions FCFA ont été distribués dans des conditions totalement opaques.

Au lendemain de la nomination d’un Comité de normalisation – après une longue période de crise qui paralysait la Fédération Ivoirienne de Football (FIF) – la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) a diligenté une enquête sur l’équipe dirigeante de la FIF sortante. Confiée au cabinet Ernst & Young, l’audit s’est penché sur les années 2019 et 2020, pendant lesquelles un des candidats pour le poste de président de la FIF à la prochaine assemblée élective, M. Sory Diabaté, était au cœur de la gestion dénoncée dans le rapport dont j’ai pu obtenir une copie.

Les auditeurs ont noté que plusieurs centaines de millions de FCFA ont été payés à des fournisseurs sans présentation de factures. Des centaines de millions « décaissés » sans justificatifs. Sur la période en revue, les auditeurs révèlent que jusqu’à 579 millions de F.CFA ont été payés, sans aucune facture, à des prestataires vraisemblablement fictifs. Les experts mandatés par la FIFA concluent à des détournements manifestes lorsqu’ils écrivent que « les paiements d’un montant aussi important sans factures reflètent un dysfonctionnement majeur dans le processus de règlement fournisseur et ne permettent pas d’attester la réalité des opérations concernées ».

Silence on vole.

L’audit note une autre pratique peu orthodoxe, notamment au niveau des dons et droits TV dont les clubs de football ivoiriens doivent bénéficier de plein droit, mais qui sont finalement distribué selon le bon vouloir des dirigeants de la FIF, quand cet argent n’est tout simplement pas détourné. En 2019 et en 2020 peut-on lire dans le rapport, la FIF a décaissé respectivement 157 millions et 74 millions FCFA.

Après avoir relevé qu’il n’existe aucune règle pour les dons à la Fédération Ivoirienne de Football, l’audit lève le voile sur la manière scandaleuse avec laquelle les 231 millions FCFA ont été distribués en « dons ». On découvre ainsi que « sur simple sollicitation verbale, ou par courrier, le président et/ou le Directeur Exécutif valide un bon pour accord pour exécution par la comptabilité ».

Pire, comme on peut le lire dans le rapport d’audit, « tous les paiements sont effectués par la caisse ». L’argent destiné au développement du football pouvait donc ainsi être débloqué sur « simple sollicitation verbale », entre copains. On croit rêver, et pourtant, j’ai mené ma propre investigation sur cette question spécifique des dons à la FIF. Une source à la fédération m’a confirmé les allégations des auditeurs de Ernst & Young. « Plusieurs millions pouvaient être versés, en liquide, à un seul individu sans aucune demande écrite », m’a ainsi certifié un agent de la FIF qui a requis l’anonymat. La bande à Sory Diabaté s’est aussi attribuée des primes indues, comme l’ont constaté les auditeurs. Entre 200.000 FCFA et 500.000 FCFA par mois ont été versés en « indemnité de présence » à tous les membres du Comité exécutif et aux membres des comités permanents. Et les auditeurs de rappeler – fort opportunément – que le paiement de ces indemnités est contraire « aux dispositions de l’article 99 des statuts de la FIF qui disposent que les fonctions dans les organes de la FIF sont gratuites ».

Conclusion des enquêteurs : « les indemnités payées sur les deux exercices 2019 et 2020 aux membres du Comité exécutif et aux conseillers spéciaux dans le cadre de leur présence aux travaux dudit comité ne sont pas justifiées eu égard aux statuts ». Ernst & Young demandent donc que les montants indus ainsi payés soient reversés dans les caisses de l’instance fédérale Sur la base des documents comptables de la FIF que j’ai réussi à obtenir, ces trois dernières années, ce sont ainsi plus d’un milliard FCFA que les membres de la FIF se sont versés en indemnités, en toute illégalité, au moment même où les clubs de foot manquaient du minimum pour payer des salaires décents aux joueurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *