277351160 1678248179206442 5061279614343701751 n

Coupe du monde 2022: La grosse bourde des Etats Unis

Les USA sont allés un peu vite en besogne, dans la nuit de dimanche à lundi après avoir écrasé le Panama (5-1). Les footballeurs américains ont brandi une banderole “qualifiés”, tandis qu’il reste un (improbable) scénario les privant d’une qualification directe à la prochaine Coupe du monde 2022.

Sauf énorme séisme dans la zone CONCACAF, les Etats-Unis (2e) et le Mexique (3e) accompagneront le Canada, qualifié historique dans la nuit de dimanche à lundi, à la Coupe du monde 2022. Faciles vainqueurs du Panama (5-1) dans la nuit de dimanche à lundi, les Américains disposent d’un matelas largement confortable avant de jouer la 14e et dernière journée des éliminatoires dans la zone nord-américaine, dans la nuit de mercredi à jeudi (3h05) face au Costa Rica.

A tel point que les partenaires de Christian Pulisic, auteur d’un triplé contre les Panaméens, ont brandi à la fin du match une bannière un poil embarrassante… sur laquelle était inscrit, en gros, “Qualifiés” ! “Les gars ne savaient pas du tout ce que ça disait. On le leur a simplement remis en main propre, a concédé Pulisic en conférence de presse d’après-match. Une fois que nous avons compris, il n’y avait plus matière à la montrer puisque nous avons encore du travail à faire.

“S’éviter un barrage contre le vainqueur de la zone Océanie

Si elle compte 25 points – comme le Mexique – avant leur ultime rencontre, soit trois de plus que le Costa Rica, la sélection américaine peut en effet toujours être rejointe mathématiquement lors de la dernière journée. La bourde vient probablement du fait que le scénario qui priverait les USA d’une qualification directe pour le prochain Mondial paraît assez invraisemblable: perdre par 6 buts ou plus contre les Costariciens.

Ces derniers affichent en effet une différence de buts générale (le critère premier en cas d’égalité de points, la meilleure attaque venant ensuite) largement défavorable vis-à-vis des Américains (+13/+3). A cela, il faudrait y ajouter le fait que le Mexique prenne a minima un point contre le Salvador. La probabilité de voir le Team USA terminer quatrième, et donc être contraint d’en passer en juin par un barrage intercontinental face au vainqueur de la zone Océanie, reste extrêmement mince.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *