272256397 1635313353499925 5852328920777063126 n

Comment ces NFT de selfies ont rendu cet internaute millionnaire

Un étudiant indonésien de 22 ans pensait faire une blague en proposant ses selfies à la vente sous forme de NFT. Il est devenu millionnaire en quelques semaines.

Tout est parti d’un tweet le 10 janvier. Sultan Gustaf Al Ghozali un étudiant en informatique indonésien de 22 ans, poste “je mets en ligne ma photo sous forme de NFT, lol” pour la somme modique de 0,00001 ETH soit à peu près 3 dollars début janvier. Mais la blague est rapidement devenue lucrative. Des investisseurs ont vite remarqué la démarche décalée de l’internaute et ont décidé que cela pourrait faire grossir la valeur de ses NFT.

Dès le premier jour, plus de 200 de ses selfies (il en a mis en ligne plus d’un millier de lui assis devant son ordinateur, pris sur une période de quatre ans) se sont vendus. Au fil des échanges, les selfies tout à fait banaux de cet internaute ont atteint des prix complètement dingues – jusqu’à plus de 10 000 dollars. Du coup, depuis janvier, Sultan Gustaf Al Ghozali continue de poster un selfie de lui tous les jours sur la plateforme d’échange OpenSea.

Et si vous vendiez vous aussi vos selfie en NFT ?

Histoire de renforcer leur caractère unique, il explique sur Twitter que “tous les selfies vendus sous forme de NFT ont une histoire. Par exemple cette photo a été prise durant le second vaccin contre le coronavirus”, avec une photo de lui ressemblant à à peu près toutes les autres.

“Je m’étais dit à la base que ça serait amusant si un des collectionneurs collectionnait mon visage. Je n’aurais jamais pensé que des gens voudraient acheter les selfies, ce qui est la raison de leur prix initial très bas”. La collection complète de l’étudiant est évaluée à environ 374 ETH, ce qui représente au moment où nous écrivons ces lignes pratiquement 1 million d’euros (et plus d’1 million de dollars).

Evidemment cette info décalée nourrit les arguments des opposants à ce type d’actifs qui estiment que les NFT ne sont qu’une mode, découplée de la réalité, et que le soufflé finira par brutalement retomber tôt ou tard. Néanmoins pour les artistes (et quelques opportunistes) ces NFT sont une aubaine, puisqu’elles peuvent permettre à des artistes assez confidentiels de générer beaucoup plus de valeur avec leur production.

Reste à savoir combien de temps cette situation pour le moins désinvolte va durer. Qu’en pensez-vous ? Cette folie autour des NFT va-t-elle continuer ? Ou au contraire, les aura-t-on oubliées d’ici quelques années ? On relève au passage que même des labels comme Universal se mettent aux NFT – en l’occurence la maison de disque est en train de monter un groupe dont les membres sont représentées par des NFT de la collection BoredApeYachtClub.

De son côté, Sultan Gustaf Al Ghozali confie : « pour être honnête, je n’ai pas encore eu le courage de le dire à mes parents, ils se demanderaient d’où vient cet argent ». Devenu une star de Twitter il demande désormais aux détenteur de ses NFT et aux autres de ne pas abuser de son image.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *